';

Entretien avec Olivier Lafon, photographe dans le Var

Propos recueillis par AL pour Itinéraire Grand Sud

Olivier Lafon, photographe dans le Var

Pour rencontrer le photographe Olivier Lafon, dans son atelier dans le Var, direction la commune du Beausset située à deux pas du mythique village du Castellet. Nous sommes également à quelques kilomètres du fameux circuit Paul Ricard, haut lieu des sports mécaniques dont la F1. Un endroit qu’Olivier affectionne particulièrement pour ses photos de « belles dames » aux formes exceptionnelles !

Chez les Lafon, la photographie est une passion ancestrale. La 3eme génération est incarnée par Olivier qui s’est lancé dans ce métier à la trentaine après une longue histoire d’amour avec cet art. Pour vivre pleinement sa passion, ce photographe varois s’est engagé dans la voie de l’artisanat un peu à l’aventure mais les dieux de la photographie ne l’ont pas laissé tomber. Ils l’ont aiguillé vers de belles rencontres professionnelles qui lui ont ouvert de nouvelles voies professionnelles aux-quelles il n’avait pas forcément pensé. Un parcours parsemé de hasards gagnants !

photographe dans le Var

La passion pour la photographie

Olivier Lafon est issu d’une famille où la pellicule et les appareils photos ont toujours eu une place de choix. Au cours de notre entretien, ce photographe professionnel varois nous raconte son parcours parsemé de difficultés et de nombreux hasards, mais aussi de belles rencontres et de situations inattendues qui l’ont conduit à devenir un photographe reconnu dans le Var. Sa passion du travail bien fait est une obsession. Olivier dispose en plus d’un sens du relationnel assez exceptionnel. Sa clientèle lui témoigne sa reconnaissance, un moteur supplémentaire pour alimenter des projets et des ambitions toujours plus importants. Ce professionnel est également attaché à la défense de sa profession et il met un point d’honneur à la défendre. Peu après notre interview, Olivier décrochait un awards en argent lors de la 8e édition du festival Européen « l’été des portraits » (ici) à Bourbon-Lancy, puis les titres de Photographe Portraitiste de France (ici) et European Photographer !

De belles récompenses pour ce photographe talentueux dont on prédit le plus bel avenir photographique.

Il n’a pas finit de nous étonner !

photographe dans le Var
Cliché réalisé par Olivier Lafon au circuit du Luc dans le Var pour Zig-Zag motorsport

Avant de devenir photographe professionnel, quel a été votre parcours personnel ?

J’ai eu tout d’abord un parcours scolaire chaotique… Je me suis retrouvé sur le marché de l’emploi très jeune sans diplôme et surtout sans savoir quoi faire dans la vie. J’étais parti sur une branche de maintenance et j’ai eu beaucoup de chance de trouver une entreprise qui m’a embauché sans expérience. J’ai fait mes preuves et je suis resté en usine. J’ai travaillé pendant 15 ans dans les cosmétiques et l’embouteillage sur Signes en tant que conducteur de lignes puis chef d’équipe. Cela impliquait une productivité à assurer, du management ainsi que de la maintenance. Et puis un jour, j’ai eu un besoin de concrétiser un rêve, un besoin d’émancipation. J’ai choisi de devenir artisan photographe. J’ai tout plaqué du jour au lendemain et pour partir du bon pied, j’ai choisi de passer un diplôme  ( BEP ) en photographie en candidat libre. Je faisais de la photo depuis très longtemps et je pensais trouver une voie qui me permettrait de gagner ma vie.

photographe var
photographie réalisée lors d’un reportage pour Audi Expérience au Circuit Paul Ricard

La photographie est rentrée de quelle façon dans votre vie ?

On m’a souvent posé la question et je n’ai pas forcément la réponse immédiatement. Une des raisons principales est que mon grand père, Jean Lafon, était photographe. Mon père était également photographe amateur et j’ai deux grandes sœurs. Mon père leur a offert dans leur jeunesse un bel appareil à chacune.Sans savoir le pourquoi du comment, mon père a décidé de ne pas continuer cette tradition familiale. Je n’ai donc pas eu le mien et cela a créé une sorte de frustration en moi. J’ai joué un peu avec celui de mon père (un Canon AE1). J’ai commencé comme cela à faire des photos de temps en temps en mode manuel…

photographe à Toulon dans le Var
Le grand-père d’Olivier posant devant son magasin

En fait, la photographie a été tour à tour un amour puis un désamour pendant de nombreuses années. J’en faisais beaucoup jusqu’à m’écoeurer puis je reprenais l’appareil parce qu’il me manquait et cela a duré jusqu’à mes 18 ans environ. Je faisais de la macro photo avec un objectif pas adapté, un télé-convertisseur que je retournais sur l’objectif, puis du portrait un peu à la « Doisneau » en photographiant dans la rue dans des situations romantiques ou incongrues. Mais je crois en effet que sans cette frustration au fond de moi je n’aurais pas exploré plus encore l’univers de la photographie.

A quelle période avez-vous décidé de devenir photographe professionnel dans le Var ?

J’avais à peu près 35 ans quand j’ai décidé de devenir photographe professionnel dans ma région, le Var. Comme beaucoup de confrères, je me suis inscrit comme auto entrepreneur. Rapidement j’ai eu beaucoup de travail et j’ai vite compris que ce statut n’était pas le bon pour perdurer dans le temps. C’était pour démarrer. Je me suis rendu compte que beaucoup de photographes travaillaient dans « l’obscurité » dans leur garage, leur salon. J’avais quand à moi besoin de montrer à mes clients que le métier de photographe était aussi une profession de proximité et que le client pouvait pousser la porte de mon enseigne pour découvrir mon métier. En contradiction à ce que l’on entend régulièrement, j’estime que le métier va très bien. Dites à un coutelier que notre métier va mal … Certes nous sommes nombreux mais il faut s’entraider pour valoriser notre profession. Il faut que le niveau général des photographes s’élève pour obtenir une reconnaissance du grand public. On se rend compte que pour vivre de la photographie, il est nécessaire de maintenir un certain seuil de tarification et cela ne peu  passer que par un travail de qualité.

Vous avez ensuite créé votre studio-photo au Beausset dans le Var.

Un local en chantier se libérait dans le village du Beausset près de Toulon dans le Var. Il était disposé idéalement pour créer une belle boutique pour du service tout en bénéficiant d’un studio photo à l’espace généreux. Il m’a toujours semblé essentiel d’être un photographe accessible. Que l’on puisse passer la porte de mon atelier. J’espère que les photographes auront toujours dans le futur, la possibilité d’exposer et recevoir dans un espace de travail accessible à tous.

photographe au Beausset dans le Var
Olivier dispose d’une boutique agréable
photographe dans le Var
ainsi qu’un studio de prise de vues spacieux

Nous allons aborder votre activité de photographe dans le Var et notamment dans le monde de l’automobile. Comment est venue cette passion ?

C’est par hasard, un peu comme tout ce que je fais en photographie. Je me définis comme un artisan, un perfectionniste dans mon travail plutôt qu’un commercial. Je ne cherche pas à trouver des clients, ce sont en général eux qui viennent à moi. C’est le cas pour la photographie automobile. Un collègue m’a proposé un jour de faire un remplacement pour la société Oreca installée au Circuit Paul Ricard. Je suis tombé dans le monde automobile par hasard. Moi qui aime la photographie d’art et fait aussi du reportage, cela tombait bien. La commande d’Oreca Events se portait alors uniquement sur du reportage pur. Il faut savoir que lorsque je travaille pour un client, j’en fais toujours un peu plus. Finalement, lorsque Oreca m’appelle pour un reportage, ils utilisent aussi désormais les autres photos pour leur communication, site internet ainsi que pour leurs clients.

reportage toulon
Prise de vue au filé par Olivier Lafon

Qu’est-ce qui vous intéresse dans la photographie automobile ?

Ce que j’aime le plus dans les voitures, et cela fait sourire mes clients, ce n’est pas sous le capot mais plutôt l’esthétique, la carrosserie. Même si j’aime écouter le son d’un moteur rugissant, je suis plutôt attiré par la beauté des calandres. C’est le côté sexy de la voiture. Il n’y a rien de plus beau en photographie qu’une belle carrosserie en coucher de soleil !

photographe dans le Var
Photographie réalisée lors d’une séance roulage au Circuit du Castellet par Audi Driving Expérience

Vous êtes aussi un photographe de mariage ? Est-ce aussi un hasard ?

Oui. Le mariage et moi, c’est une grande histoire d’amour. J’avais un copain de stage lorsque je passais mon BEP photo qui m’a demandé de réaliser son reportage de mariage. Un peu angoissé et ne sachant alors pas où je mettais les pieds, je me suis lancé. J’ai passé l’une des pires journées de ma vie ! Cela a été pour moi très difficile car la photographie de mariage est très compliquée. En effet à la fois physique, technique et pas le droit à l’erreur… A la fin du reportage, j’ai dis à ma femme : plus jamais de mariage ! Le problème, c’est qu’entre temps, j’avais ouvert mon magasin et il fallait bien vivre. J’ai donc  due continuer à réaliser cette prestation. Au bout de deux ou trois cérémonies, cela est devenu une drogue et je ne peux plus m’en passer !

mariage à Toulon
Olivier Lafon est également photographe de mariage dans le Var

Le studio et le portrait sont un axe important dans votre travail de photographe ?

J’ai créé mon studio photo en même temps que ma boutique au Beausset dans le Var. J’y ai un peu joué à l’apprenti sorcier. Et puis j’ai rencontré des artisans photographes de la FFPMI (Fédération Française de la Photographie et des Métiers de l’Image). C’est un groupe qui porte le métier de photographe le plus haut possible. Ils m’ont dit ton travail de portraitiste est intéressant mais tu peux faire mieux… Il faudrait que tu te formes auprès de professionnels de haut niveau. Faire, c’est bien mais comprendre c’est mieux ! J’ai passé un V1, V2 puis v3  chez Claude Fougeirol, un des meilleurs ouvriers de France puis un stage chez les Simone qui font parti des 40 meilleurs photographes du monde. Enfin j’ai eu l’occasion de suivre le stage du photographe Philippe Gaucher, également meilleur ouvrier de France devenu maître dans l’art de la gestuelle.Depuis ces formations, je me sens beaucoup plus à l’aise dans mon travail, ma technique s’est affinée, je me fais plaisir.

Vous avez beaucoup de demande pour le studio ?

Oui, le portrait-studio est plus que jamais le cadeau à la mode. Les Français prennent conscience que celui-ci constitue un véritable patrimoine familiale. Qu’il soit fun ou plus conventionnel, le portrait-studio ( s’il est correctement réalisé ) se transmet de générations en génération.

shooting photo à Toulon
Portrait primé d’une médaille d’argent. Crédit photo : Olivier Lafon, studio Telmaprod

Quels sont vos prochains projets de photographe dans le Var ?

Peut-être avoir un second studio dans le Var également pour faire de la photographie de véhicules en intérieur. Cela reste dans les cartons. Mon objectif est aussi de poursuivre mon travail avec une grande diversité d’activités et bien sûr, assurer la pérennité de mon entreprise.

Propos recueillis par AL pour Itinéraire Grand Sud ( découvrir ici )

Photos Olivier Lafon – tous droits réservés

TELMA PROD

83330 Le Beausset

04 98 07 77 97

Recommend
  • Facebook
  • Twitter
Share

Offrez à votre entreprise l'image qu'elle mérite